le-gaz-de-schiste-non.fr

Venez tout savoir sur le gaz de schiste et devenez incollable grâce à le-gaz-de-schiste-non.fr

Le gaz de schiste est une énergie fossile se trouvant abondamment dans les roches sédimentaires argileuses du sous-sol. Considéré comme trésor énergétique par les Etats-Unis, il ne fait cependant pas l’unanimité dans les autres pays. A l'heure où une grande partie des pays met en place une politique écologique, avec la promotion des énergies renouvelable, l'exploitation du gaz de schiste peut sembler contradictoire. Pour connaitre la différence entre les énergies fossiles et renouvelables, consultez cette page. Il est vrai que le gaz de schiste constitue une source énergétique très importante, peu onéreuse et moins polluante que le pétrole et le charbon. Voilà pour ce qu’il en est des avantages de ce gaz naturel mais quels sont ses inconvénients ?

 

Fuite de méthane

 

Son premier inconvénient est le risque de fuite de méthane, gaz à effet de serre 20 fois plus nocif sur l’environnement que le CO2. D’ailleurs, les premières constatations de L’EPA (agence américaine pour l’environnement) mentionnaient le taux de 2,4 %, quantité jugée correcte. Cependant, d’autres chercheurs faisaient état de fuites nettement plus importantes, 9 % d’après une équipe de l’Université du Colorado, dues à la mauvaise étanchéité des gazoducs et d’une remontée de gaz incontrôlable durant le pompage du liquide pendant la fracturation.

 

Additifs chimiques

 

Certains additifs chimiques, présents dans le liquide de fracturation hydraulique, comportent, en cas de fuite, des risques pour l’environnement. Ces fuites peuvent survenir durant les opérations d’injection mais, essentiellement, en surface, durant les phases de manipulation. Les produits chimiques seraient alors répandus, par accident ou volontairement, sur le sol.

 

Pollution du sol

 

Polluer le sol et la nappe phréatique constitue également un des inconvénients liés aux phases d’extraction des hydrocarbures. Cette pollution a lieu lors d’une fuite des liquides durant la phase d’injection. Toutefois, ce risque est diminué depuis l’utilisation de tubes en acier renforcé. Toutefois, comme en tous domaines, le risque zéro n’existe pas.

 

Ressources en eau

 

Le problème d’une exploitation intensive et du recyclage des ressources en eau est à prendre en compte puisqu’un unique puits de gaz de schiste utilise 10 000 m3 pendant une opération de fracturation. Les risques de conflits d’usage sont bel et bien présents, d’autant plus dans le cas où les installations se trouvent dans des zones très arides.

 

Altération des paysages

 

L’exploitation de ce gaz naturel peut sérieusement endommager la beauté des paysages, engendrer des déforestations et compromettre les écosystèmes. Cet impact est lourd de conséquences pour les mines de charbon, entre autres.

Au sujet du gaz de schiste, on note certaines modifications récentes pour en atténuer les inconvénients. En effet, l’exploitation de ce gaz nécessitait, auparavant, l’occupation (et la destruction) de 20 % de la surface du sol nécessaire à son extraction. Actuellement, on occupe seulement 1 % de la surface d’extraction grâce à l’utilisation de forages verticaux et horizontaux en profondeur.

 

 

 

MENTIONS LEGALES

Design and edit by le-gaz-de-schiste-non.fr - 2017 Copyright